0

YouTube a été condamné à payer une amende de 170 millions de dollars pour des raisons de confidentialité concernant les enfants.

Le moteur de recherche appartenant à Alphabet, Google, et son service gratuit de streaming vidéo, YouTube, vont devoir payer 170 millions de dollars d’amendes pour la collecte de données sur les enfants.

Mercredi, la Federal Trade Commission (FTC) a déclaré que YouTube a accepté de payer l’amende pour régler les allégations. Le site de vidéo en streaming a fait l’objet d’accusations concernant la collecte d’informations personnelles sur les enfants grâce à l’utilisation de cookies.

La loi fédérale qui interdit la collecte de données et d’informations concernant les enfants de moins de 13 ans comprend les cookies depuis sa révision en 2013. Ces cookies sont utilisés par les serveurs pour suivre les habitudes des utilisateurs facilitant ainsi le ciblage d’annonces pertinentes.

Cette amende est la plus importante depuis que la loi est entrée en vigueur en 1998. YouTube paiera le montant à la FTC et le bureau général de New York, ce dernier recevra la somme de 34 millions de dollars.

De plus, le paiement oblige la société à concevoir une approche plus systématique pour distinguer le contenu ayant comme cible principale les enfants. De plus, YouTube doit désormais indiquer aux créateurs de contenu qu’ils ont l’obligation d’obtenir le consentement de leurs parents. Ce faisant, s’ils le permettent, ils peuvent procéder à la collecte des données à condition de le faire légalement.

Le bureau du directeur de la protection des consommateur de la FTC, Andrew Smith, a expliqué que le paiement de 170 millions de dollars repose sur les chiffres de YouTube.  Ils ont pris le montant des revenus tirés des données collectées et les ont multipliées.

Smith a ajouté : « Il se trouve que le montant de 170 millions de dollars représentent à peu près le budget du Bureau de la protection du consommateur par an ».

Selon Smith, dès que le paiement sera finalisé, la FTC « effectuera un balayage de la plateforme de YouTube ».  L’objectif de cette action est de « déterminer s’il reste du contenu destiné aux enfants » en violation avec la loi fédérale et l’accord récemment conclu.

YouTube bouge

Une fois que la FTC aura effectué son « nettoyage » de la plateforme, les créateurs de contenu individuels pourraient bien devenir la cible de toute action en justice. Si la politique de YouTube n’est pas violée, dans une certaine mesure, ce n’est pas une décision discutable.

Toutefois, cela met en péril même la plus innocente des chaines si cela se fait de manière imprudente. Tout bien considéré, il devrait incomber à YouTube de perfectionner sa plateforme.

Il n’est donc pas surprenant que YouTube ait déclaré sur son compte Twitter : « Nous partageons aujourd’hui plusieurs modifications destinées à mieux protéger les données relatives au contenu destiné aux enfants sur YouTube. Et cela dans quatre mois . »

La plus grande source de vidéos en ligne au monde va considérer que les téléspectateurs de ces contenus destinés aux enfants sont des enfants. Sans aucun accès aux données nécessaires spécifiques, YouTube ne tiendra plus compte de l’âge réel de ces utilisateurs.

Dans à peu près un an, et comme l’exige la décision de la FTC, les vidéos destinées aux enfants ne recevront plus d’annonces personnalisées. Le créateurs de contenu devront informer la société lors du téléchargement de ces types de vidéos via la plateforme.

Malheureusement cette décision créé d’autres problèmes. Avec la quantité de contenu destiné aux enfants téléchargés quotidiennement sur la plateforme, les créateurs de contenu auront un succès majeur. Il est fort probable que l’espace et la technologie publicitaire diminuent considérablement leur efficacité auprès du grand public.

  • Support
  • Platform
  • Spread
  • Trading Instrument
Comments Rating 0 (0 reviews)

You might also like

Leave a Reply

Sending

S’abonner à notre Newletters

Recevez le meilleur de FinanceBrokerage News directement dans votre boîte mail. Inscrivez-vous maintenant pour recevoir les dernières nouvelles du marché.