alexa certify
0

L’Iran craint la mort de l’OPEP et est favorable aux prolongations de la coupe pétrolière

Le ministre iranien du Pétrole, Bijan Zanganeh, a déclaré qu’il serait favorable à la prolongation des réductions de production de six à neuf mois. Le Téhéran est actuellement le troisième plus grand producteur de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole.

  1. Zanganeh a également mis en garde la Russie et l’Arabie saoudite contre «l’unilatéralisme» et sa menace potentielle d’entraîner la mort de l’OPEP, précisant que Moscou et Riyad avaient déjà convenu d’étendre les réductions de fournitures pour les mois suivants.

Le ministre du Pétrole a déclaré à la presse qu’il était important que «… l’OPEP reste l’OPEP…», et que l’organisation ait perdu son autorité, des accords ayant déjà été conclus même avant la réunion de Vienne.

Les relations entre l’Arabie saoudite et l’Iran pourraient compliquer la réunion. Téhéran a accusé son rival, Riyad, d’être trop proche des États-Unis. L’Arabie saoudite a pour sa part accusé l’Iran d’être à l’origine des attaques contre les pétroliers près du détroit d’Ormuz.

Néanmoins, les deux pays semblent être favorables à une extension, le Téhéran souhaitant préserver ses parts de marché.

Les membres de l’OPEP doivent se réunir lundi à Vienne, en Autriche. Mardi, les membres de l’OPEP doivent avoir une autre réunion avec leurs alliés (ou l’OPEP +) concernant les accords et les points soulevés.

 

 

L’OPEP et ses alliés réduisent la production de pétrole depuis 2017 afin d’éviter que les prix ne glissent en raison de la hausse de la production aux États-Unis.

Les États-Unis sont devenus le premier producteur mondial de pétrole cette année, dépassant la Russie et l’Arabie saoudite. Cependant, Washington ne fait pas partie de l’OPEP et ne participera pas à la réunion.

Les États-Unis ont ordonné à l’Arabie saoudite, qui préside de facto à l’OPEP, de pomper davantage de pétrole pour compenser la baisse des exportations iraniennes. Téhéran a réduit ses exportations après que Washington ait imposé des sanctions à l’égard de son programme nucléaire.

L’Arabie saoudite a déclaré dimanche que la demande de pétrole était encore suffisante, mais admet qu’elle «… se ramollit un peu…»

  • Support
  • Platform
  • Spread
  • Trading Instrument
Comments Rating 0 (0 reviews)


You might also like

Leave a Reply

User Review
  • Support
    Sending
  • Platform
    Sending
  • Spread
    Sending
  • Trading Instrument
    Sending